Le haut d’un ananas

Mis dans un pot avec de la terre , il poussera en plante verte. Ça peut même être un cadeau original pour Tata Martine ! (Il ne faut cependant pas rêver : il ne fera pas de deuxième ananas !)

 

La poêle en fonte non émaillée

Ma mère me l’a offert il y a 20 ans, fabriquée en Suède par Ronneby Bruk. Elle a encore 10 ans de garantie et elle est comme neuve! Aucune poêle en Tefal ou autre céramique n’a résisté aussi longtemps. Elle présente de nombreux avantages : Les aliments n’accrochent presque pas. Quand quelque chose brûle, on peut vraiment frotter sans l’abîmer. N’aimant pas le produit vaisselle, on la rince à l’eau chaude, au gros sel et parfois avec un peu d’huile: économie de produit vaisselle en prime !

 

Les courses sur internet (et à la Coop !)

J’ai du me rendre à Carrefour aujourd’hui… Ça m’a fait réaliser que ma dernière visite d’un hypermarché de cette taille date de plusieurs mois. L’avalanche des produits et le bruit m’ont donné le vertige. « Mais qui achète tous ces trucs ?? » me suis-je demandée. J’ai réalisé que le consommateur est constamment tenté de ressortir avec des produits qu’il n’avait pas eu l’intention d’acheter. Et qu’il jètera après un certain temps, pour le non-alimentaire. En faisant ses courses en ligne, on n’achète que l’article qu’on cherchait, en général. Mais : on génère un transport postal et un emballage, je l’accorde. La coop, c’est mieux. A vélo encore plus, comme Emeline. 

 

Disques démaquillants lavables

 

Imse Vimse en fabrique, dans un petit sachet allant dans la machine. J’ai testé : je les trouve agréables, même plus que ceux en coton. Un truc en moins à racheter…et jeter !

 

Elever des poules dans son jardin

Proposition par ma belle-mère. Elle a raison : les poules mangent les restes de cuisine même non compostables, fertilisent le potager, pondent des œufs et se font manger. Circuit court !

Millepertuis : Fleur aux mille vertus

 

Le millepertuis pousse dans les décombres et les friches, au bord des chemins et des cours d’eau, et dans les prairies de presque toute l’Europe. C’est une plante assez commune.
Les fleurs, très facilement reconnaissables, sont à leur apogée fin juin ce qui lui a valu son surnom d’ « herbe de la Saint Jean ». Millepertuis (Hypericum perforatum) signifie « mille trous », car on prenait pour des ouvertures les multiples glandes d’huiles essentielles visibles à la surface des pétales et des feuilles.

Lire la suite de « Millepertuis : Fleur aux mille vertus »

Knäckebröd : pain croquant suédois

 

 

Bonjour à toutes et à tous !

Parfois, j’aimerais vous parler de lenteur.
De ralentissement.
Du mûrissement lent des choses.

Du pain.

Du levain se développant pendant des jours et des semaines. De la pâte qui pousse pendant de longues heures, de la main qui pétrit.
Du bois se consumant au petit matin en chauffant le four.
Pendant la cuisson, du parfum prometteur.
Et enfin de l’accueil du pain nouveau, festin des sens :
Lire la suite de « Knäckebröd : pain croquant suédois »

Au menu : Limaces !

Non, je ne suis pas en train de vouloir vous convaincre de manger les mollusques du potager à la persillade, par douzaines, afin de protéger vos plantules !
Je n’essaye pas non plus de lutter contre la faim dans le monde en échangeant la côte de bœuf contre une assiette de limaces grillées (… même si l’idée est peut être à retenir…).

Lire la suite de « Au menu : Limaces ! »

Dossier Cueillette : Fleurs de Sureau

Le sureau est un arbrisseau magique, protecteur des maisons. « Emblème et refuge des sorcières, c’est dans son bois que l’on taille certains bâtons magiques et très puissants. C’est « l’arbre des fées » que l’on ne doit pas abattre sans chanter pour leur laisser le temps de s’enfuir. » (Clotilde Boisvert, Plantes et remèdes naturels)

Le nom latin du sureau noir, Sambucus Nigra, fait allusion aux petites flûtes (Sambuke) que les pâtres grecs taillaient dans le bois tendre du sureau.
Lire la suite de « Dossier Cueillette : Fleurs de Sureau »

Cosmétiques : du solide !

Je l’avoue tout de suite : j’adore avoir plusieurs gels douche à la fois, pour pouvoir les varier selon l’humeur du jour. Il y a un plaisir gourmand à choisir le parfum du moment, la texture, tantôt savonneuse, tantôt crémeuse, tantôt mousseuse… Pour les shampooings, il en est presque de même. Parfois, j’ai envie d’un nettoyage de fond, parfois plus d’un soin nourrissant, enveloppant, réconfortant.
Le « no poo », tendance qui consiste à espacer les shampooings jusqu’à ne plus en avoir besoin, c’est très bien, mais… je commencerai la semaine prochaine. Ou celle d’après. Peut-être.
Lire la suite de « Cosmétiques : du solide ! »