Lessive aux cendres

Depuis un moment nous échangeons, avec d’autres adhérents, aide-gérants, voir avec notre chère gérante-en-chef, au moment des courses et de la caisse coopérative, des idées, des recettes de
cuisine, des remèdes aux plantes, (nos enfants, des animaux…), des trucs et astuces en tout genre, autour de la maison et du jardin.
Ce qui a donné l’idée à Stéphanie de vous en faire profiter, en partageant des choses que nous avons testées, que nous aimons et qui nous font du bien : à la santé, au moral, au porte-monnaie,
à la planète !

Notre équipe test est composé de :

– Yoann (éleveur de levain naturel, d’enfants et créateur de pains divers)
– Ina (expérimentatrice auprès du cheptel familial — croissance rapide de l’effectif, aucune perte pour l’instant)
– Yona, Yoakim, Keenan (10, 5 et 1,5 ans — critiques gastronomiques, producteurs de tâches inépuisables, affamés chroniques et chimistes en herbe).

Allez, c’est parti pour :

La Lessive à la cendre de bois

Je ne sais pas comment c’est pour vous, mais moi, cela me tente depuis un moment. Seulement, j’imaginais ça long, fastidieux et poussiéreux. Faux ! Faux ! Faux !
C’est ultra-facile à faire, pas salissant du tout, quasiment gratuit et le résultat est d’une efficacité surprenante !
Cela fait un mois maintenant que nous utilisons exclusivement notre propre lessive, dans des conditions plutôt éprouvantes, vue la composition de notre équipe : tâches de fruits, de sauce, de
feutre, de terre, de choses indéfinissables … sans parler des couches lavables.
Pour ainsi dire : la machine tourne souvent, et pas pour rien !

Voici la recette, il vous faut :

1. de la cendre de bois 100 g, soit 2-3 petits verres.
2. de l’eau !

En matériel :

1. Un tamis/ une passoire.
2. Un récipient (seau).
3. Une cuillère pour touiller.
4. Un torchon, de préférence en microfibre, pour filtrer.
5. Deux bouteilles vides.
6. Un entonnoir.

La cendre peut provenir de la cheminée ou des végétaux brûlés du jardin. Il n’en faut pas beaucoup. Si vous n’avez pas de cheminée, comme nous, vous pouvez utiliser soit les cendres du barbecue (ce n’est pas une blague, mais je n’ai pas testé), soit en demander à quelqu’un. Nous avons été sponsorisés par notre gérante-en-chef, à raison d’un petit sac en plastique de cendre deson jardin.

D’abord, il faut :

– tamiser la cendre au-dessus du récipient, afin d’enlever les morceaux, agrafes, résidus. Cet étape prend environ 2 minutes.

– faire bouillir deux litres d’eau et les verser sur la cendre.

– remuer avec une cuillère.

– laisser reposer pendant 48h, en remuant de temps en temps, quand vous passez à côté.

Après 48h :

– poser le torchon en microfibre (ou, à défaut, tout autre torchon) dans la passoire, afin de verser le contenu du seau dans un autre récipient, en filtrant à travers le torchon. Le liquide obtenu sera jaune clair, presque translucide et légèrement savonneux. Éviter de trop le manipuler à mains nues, ça dessèche la peau.   Durée de cette étape : 5 minutes, au plus.

– Mettre en bouteilles à l’aide de l’entonnoir (ou sans). C’est prêt !

Le liquide remplace la lessive habituelle. Pour les doses, j’utilise 75ml par tambour plein. Probablement, on peut encore baisser la dose, mais je n’ai pas essayé pour l’instant.
La « boue » de cendre qui reste peut servir à nettoyer l’évier et la baignoire, à l’aide du même torchon en microfibre, c’est une excellente pâte à récurer. Puis, le torchon passe à la machine,
avec la nouvelle lessive : c’est beau !
Ou alors, vous vous en servez comme engrais dans le potager, voir comme barrière anti-limaces.
Pour ceux qui veulent connaître le mécanisme d’action : l’agent détergent est la potasse, présente dans la cendre de bois à environ 10g pour 100g de cendres. L’étape de dilution permet d’extraire
la potasse de la cendre.

Wikipedia nous apprend :

« Le mot potasse peut provenir au choix du néerlandais potas, de l’anglais pot ash, de l’allemand Pottasche. Il s’agit littéralement du sel du « pot ou creuset à cendre »[1]. En effet, le sel de potasse, trivialement abrégé en potasse, était autrefois obtenu par macération et lixiviation de cendres végétales par l’eau. La plupart des ménagères au XVIII e siècle utilisait ce procédé in situ
sans le savoir, avec des graisses additionnelles générant des savons, pour « faire leur lessive ». »

Bien sûr, cette lessive n’est pas parfumée. Vous pouvez ajouter 10 gouttes d’huiles essentielles par litre de lessive (lavande, citron, orange douce).
Personnellement, je fais autrement pour parfumer … secret qui sera dévoilé dans une prochaine édition !

A la semaine prochaine, si vous le voulez bien,
Coopérativement votre,
Ina