Osez Navets Nouveaux

Le navet souffre d’une mauvaise image, cinématographiquement parlant.

Est-ce là l’origine du préjugé de beaucoup de personnes envers ce joli petit légume primeur?
Ou bien est-ce à cause de l’assimilation du navet à la betterave, au rutabaga, à la nourriture après-guerre, des pauvres?
Je ne sais pas.
Je sais seulement que j’ai longtemps partagé cet à priori commun.
Un navet. Beurk.
Fripé, pas inspirant, s’atrophiant de sécheresse dans le fond du panier de légumes.
Ça ne donne pas envie.

Puis, cette année, on m’a offert une botte de navets nouveaux.
Plutôt même un bouquet qu’une botte! De petites balles roses et blanches, toutes tendres sous une peau parfaitement lisse, respirant le tonus printanier, la santé et une certaine innocence.
Le rose et le blanc, sous un feuillage vert clair : je craque.
Pivoine, tulipe, navet.
On devrait lui donner un nom plus fleuri, plus sexy.
Lui consacrer des poèmes.

N’AVEZ-VOUS DIT NAVET?
OSEZ NAVETS-NOUVEAUX.

(A haute voix :
Navévou dinavé
Oséna vénouvo.)

Ça peut être un mantra, à répéter à l’infini. Car quand il y en a, il y en a.

La première botte, je n’ai pas résisté : j’ai croqué, tout cru, sans même l’éplucher. Et vous savez quoi? C’est très bon!

Je cite le catalogue « Agrosemens », distributeur de graines :
« Toutes ces variétés de navets sont pauvres en calories, et ont une chair fine et savoureuse.
C’est en primeur (récolte immature : navets nouveaux) que vous aurez les plus belles racines. »

Et : les navets contiennent d’importantes quantités de glucosinolates, substances préventives de maladies cancéreuses, surtout quand ils sont consommés crus.

Nous, on en mange depuis, y compris les enfants : à la croque, en rondelles, en pique nique, avec des tartines de pain frais. Des radis en plus doux, en plus tendres, plus juteux.

Le carpaccio : tranches très fines, un peu de sel pour les faire « pleurer » quelques larmes. Un filet d’huile d’olive, quelques gouttes de vinaigre balsamique et jus de citron, ciboulette ciselée et une pincée de piment d’Espelette.

La semaine suivante, nous avons commandé deux bottes. Comme la semaine suivante. Et la semaine après.

Ce qui convient particulièrement bien aux navets nouveaux, c’est d’être coupés en 8, genre petits dés, et tout juste revenus à la poêle, dans un peu d’huile d’olive.
Vous avez envie de tester?
Voici ma recette:

Poêlée de petits navets primeurs, miel et noisettes

  • Une botte de navets nouveaux bien frais
  • 2-3 oignons de printemps
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive fruitée
  • 1 cuillère à soupe de purée de noisettes et/ou
  • 15 noisettes concassées
  • 1 cuillère à café de miel
  • 1 cuillère à soupe de tamari (sauce de soja)
  • et de la ciboulette ciselée du jardin, avec ses fleurs

Couper les petits navets en huit morceaux chacun.
Faire griller les noisettes concassées nos une poêle sans ajout de matière grasse, pendant quelques minutes.
Faire revenir brièvement les oignons nouveaux émincés dans l’huile d’olive. Ajouter les navets et les noisettes. Remuer puis laisser mijoter quelques minutes à feu doux, en ajoutant un demi verre d’eau. Les navets doivent être tout juste cuits, sans trop ramollir.
Ajouter le miel, la purée de noisettes et le tamari.
Décorer de ciboulette ciselée et de fleurs juste avant de servir.

Sachez que si les fanes frais de navets donnent des soupes savoureuses, elles peuvent également être incorporées dans des gratins, galettes, tartes et pizzas.
Elles sont très riches en vitamine A et acide folique, ainsi qu’en vitamines C et E.

Allez, en chœur :

Navévou dinavé
Oséna vénouvo!