On fait tremper !

Pratique ancestrale et pourtant aujourd’hui tombée dans l’oubli, le trempage des céréales, légumineuses et oléagineux présente des avantages incomparables.

 


Pourquoi faire tremper ? Les graines céréalières, légumineuses et noix sont potentiellement de futures plantes. Or, dans la nature, pour bénéficier d’un développement optimal, ces graines doivent à la fois se protéger des prédateurs et attendre le moment propice pour croître. Ainsi, les graines possèdent divers éléments qui leur permettent de se défendre et empêchent une germination intempestive. Parmi ces éléments, citons l’acide phytique, l’acide oxalique, les inhibiteurs d’enzyme… Or, il s’avère que l’humain ne possède pas la capacité de neutraliser ces substances.Dans la nature (en simplifiant le processus, et en réalité, je n’en sais pas réellement plus…), lorsqu’il pleut, une graine absorbe l’eau. Si les conditions sont réunies, cette eau déclenche plusieurs réactions à l’intérieur de la graine, certaines ayant pour but d’éliminer les substances toxiques et les divers inhibiteurs, d’autres d’initier le processus de croissance.

Tremper une céréale, légumineuse, noix, revient donc à imiter ce processus naturel. Les inhibiteurs et anti-nutriments se trouvent ainsi éliminés, ou tout au moins fortement minimisés. De plus, la graine ayant reçu le signal que le moment de se développer était venu, les vitamines, minéraux, nutriments présents sont démultipliés.

Pour résumer, le trempage se révèle bénéfique sur tous les plans : réduction ou élimination des substances toxiques et inhibiteurs d’enzyme, facilitation de l’absorption et de la digestion, accroissement de la quantité et de la qualité des vitamines, minéraux et nutriments.

Personnellement, je mets à tremper mes céréales/légumineuses/noix la veille au soir, dans un bol d’eau tiède (un saladier peut aussi faire l’affaire, je n’ai rien contre les saladiers, simplement que le bol est plus rapide à nettoyer). Avant des les consommer ou de les cuisiner, je rince plusieurs fois à l’eau claire.

Ci-dessous, un tableau que je poste à titre indicatif (les temps de trempage variant suivant les sites/livres consultés). Ainsi, pas la peine de se lever en plein milieu de la nuit pour rincer ses amandes; être immergées quelques heures de plus ne les rendra pas incomestible (non non, ce mot n’est pas une invention de ma part, j’ai vérifié).  Par ailleurs, le trempage n’implique pas nécessairement de faire germer par la suite. Il est aussi valable si vous comptez consommer l’aliment immédiatement ou le cuire.

 

Il y aurait encore de nombreuses choses à dire sur le sujet, mais vous pourrez trouver des informations complémentaires sur internet ou dans certains ouvrages. Cette pratique peut sembler quelque peu contraignante au début, il s’agit de trouver une certaine organisation, prévoir ce que l’on mangera le lendemain, les quantités. Mais l’habitude vient rapidement.

A noter que seules les graines complètes et brutes sont concernées, puisque pour que la graine se réveille, elle doit être encore vivante, ce qui exclut toute modification par irradiation, traitement chimique, thermique, raffinage…

Valentin