Rhubarbe Rhubarbe Rhubarbe

Le week-end dernier, mes beaux-parents nous ont rendu visite, une occasion de faire un peu de mathématiques :

Ma belle-mère aime les gâteaux.

Mon beau-père ne mange pas de laitages.

Yoann n’aime pas la crème fraîche.

Moi, je n’aime pas les appareils aux œufs dans les pâtisseries.

La rhubarbe est un légume (!) de saison.

Je suis à la bourre, comme d’hab.

Donc, la solution :

 

La tarte à la rhubarbe la plus simple du monde

Je prépare une pâte sucrée selon la recette inratable de ma grand-mère :  

  • 250 g de farine T65 (Catherine, tu as le droit de prendre de la T55)
  • 125 g de beurre (je n’ai pas encore essayé avec l’huile de coco)
  • 100 g de sucre de canne blond
  • 1 œuf (pas non plus testé « l’œuf » de chia pour cette recette)

 Je laisse reposer la pâte au moins 1 heure au frais avant de l’étaler.

2. Pour la garniture, je prends

  • environ 500 g de rhubarbe
  • 100 g de poudre d’amande (j’utilise des amandes entières avec la peau que je réduis en poudre au robot )
  • 100 g de sucre blond de canne

J’épluche la rhubarbe et je coupe les tiges en tronçons de deux centimètres. Je les mets dans un égouttoir et verse 50 g de sucre en remuant pour enrober les morceaux de rhubarbe.

Je laisse reposer au frais pendant environ une heure; la rhubarbe perd ainsi un peu d’eau.

J’étale la pâte et je garnis un moule à tarte, puis je verse dessus la poudre d’amande. Je dispose les tronçons sur le fond de tarte.

Puis je saupoudre de sucre de canne, en prenant soin de garder un peu de sucre pour après la cuisson.

J’enfourne à 180°C pour 25 minutes environ. Je saupoudre à chaud avec le restant de sucre.

Soit, nous la mangeons tiède, cette tarte, soit on la laisse refroidir. Souvent, c’est d’abord l’un puis l’autre. 

———– 

Si vous avez la patience d’attendre les fraises, je vous propose une autre recette, de confiture, très simple également.

J’ai eu la chance de développer du diabète gestationnel pendant ma dernière grossesse, ce qui m’a conduit à changer ma façon de m’alimenter pendant 6 mois. Grâce à cette curiosité métabolique, j’ai pu découvrir un tas de merveilleux ingrédients à index glycémique bas. En faisant la chasse à la farine blanche et au sucre, j’ai cuisiné avec des farines de sarrasin, de coco et de teff, j’ai testé pleins de tartinables et des confitures sans sucre.

J’ai bien dit « la chance », car beaucoup de recettes nous ont beaucoup plu et font désormais partie de notre quotidien.

Confiture rhubarbe-fraise (sans sucre)

Ingrédients :

  • 500 g de rhubarbe
  • 500 g de fraises
  • 225 g de sirop d’agave
  • 1 g d’agar-agar
    Au choix:
  • 1 cm de racine de gingembre frais, pour un résultat frais et un peu rebel, ou bien
  • 1 belle pincée de vanille en poudre, pour une rêverie plus douce

Mode de fabrication :

Couper les fraises en morceaux. Eplucher la rhubarbe, la couper en tronçons de 2 cm de long. Eplucher le gingembre et le râper, si vous en utilisez. Mélanger les fruits avec le sirop d’agave et mettre le tout dans une cocotte en fonte ou une casserole à fond épais.

Faire cuire à petite ébullition pendant quelques minutes seulement.  Laisser refroidir un peu. Ajouter l’agar-agar en pluie, bien mélanger puis porter à ébullition et laisser cuire 3 minutes. Verser dans des bocaux stérilisés, les refermer et les retourner. Laisser refroidir puis mettre au réfrigérateur.

Cette confiture étant très peu sucrée, elle doit être conservée au frais, entamée ou non, et consommée rapidement. Ce qui ne pose en général aucun problème.

La rhubarbe restante, je vais la mettre dans mon extracteur de jus, demain, avec des pommes ou des carottes !

 

À votre santé !